La gestions des conflits pour des relations saines

La gestion des conflits

 

Pour des relations saines

 

 

 

 

Conférence-débat – 18 octobre 2007

 

 

FCPE Reignier

 

 

María Montero-Eldridge

 

 

 

 

 

Introduction

 

Un conflit est une situation de perte d’harmonie dans la relation entre deux ou plusieurs personnes. A la base, il y a toujours un besoin insatisfait d’une ou plusieurs personnes, un besoin qui cherche à s’exprimer pour être entendu et mener ainsi à un réajustement de la situation qui permette le rétablissement de l’harmonie, laquelle ne peut exister que si tous les membres d’un groupe voient leur besoins fondamentaux satisfaits.

Le conflit sert à mettre en évidence les besoins non satisfaits, c’est pour cela que, en plus d’être naturel et sain, le conflit est également structurant, car il peut aider chaque membre du groupe à évoluer, et permet de connaître l’autre et de se connaître soi-même véritablement.

 

 

Chaque conflit est en lui-même une opportunité d’améliorer nos relations, et de trouver une plus grande harmonie avec notre entourage, pourvu qu’on le résolve de façon non violente.

Cette façon non violente est basée sur la capacité universelle de l’empathie, qui nous permet d’écouter les autres et de nous faire écouter pour trouver des solutions qui conviennent à tout le monde.

La prise de conscience de nos émotions et de nos besoins, ainsi que de ceux des autres, est fondamentale pour que la communication non violente donne ses fruits.

Lors des conflits avec les enfants, nous ne devons pas oublier notre fonction parentale ou éducatrice; pour pouvoir la respecter et bien l’exercer, nous avons besoin, par contre, de nous écouter nous-mêmes aussi et de prendre soin de nous-mêmes dans la relation avec l’enfant

Les outils de la communication non violente sont d’excellents moyens de préserver l’estime de soi chez l’enfant et de l’éduquer en vue d’une plus grande intelligence émotionnelle et psychosociale.

Le conflit ne peut pas être évité, car on ne peut pas nier un besoin. Ainsi, tout conflit qu’on essaye d’éviter ne fera que changer de place. Un conflit évité avec l’extérieur peut devenir un conflit interne et créer des problèmes graves de santé (dépression, somatisation), et vice-versa… Un conflit à un endroit précis (par exemple, la maison) peut se déplacer à un autre endroit (par exemple, l’école, et vice-versa…).

 

Les phases de la GC non violente

 

La résolution non violente des conflits doit être basée sur une prise de conscience de ses propres besoins et des besoins de l’autre, qui se fait grâce à l’écoute des émotions.

 

Une fois que la prise de conscience émotionnelle a eu lieu, nous pouvons commencer à communiquer avec les autres. Dans cette communication autour du conflit, il y a deux phases à respecter:


  • La phase d’affirmation de soi

     

o       Observation (je dis ce que j’ai observé chez l’autre, un comportement…ce qui m’a gêné.)

 

o       Ressenti (je dis ce que cela me fait sentir)

 

o       Besoin (je dis quel est mon besoin non satisfait)

 

o       Demande (je fais une demande concrète à l’autre)

 

  • La phase d’écoute active

     

o       Ecoute (en cherchant toujours à comprendre ce qu’il a observé, ce qu’il a ressenti, de quoi il a besoin, quelle est sa demande).

 

o       Reformulation, pour être sûr d’avoir bien compris.

o       Affirmation de soi (quand l’autre s’est pleinement exprimé).

La question fondamentale est: Qu’est-ce que je veux provoquer chez l’autre quand je lui parle de moi? Quelle est l’intention derrière mes paroles?

Des pistes pour la prise de conscience dans les conflits avec les enfants

 

Dans les conflits avec les enfants la prise de conscience émotionnelle de l’adulte est doublement importante, à cause de la responsabilité parentale. Le parent doit tenir compte de ce qui se passe pour l’enfant, ce qui se passe pour lui-même, et ce qui pourrait se passer dans l’environnement de l’enfant (école, quartier, famille...). N’oublions pas que les conflits se déplacent d’un endroit à l’autre.

Entre les situations de risque provenant de l’adulte, il faut signaler la fatigue parentale ou du professeur, et les conflits où le parent ou éducateur est touché personnellement par le comportement ou la problématique de l’enfant (risque de “quitter” notre fonction parentale ou éducative).

Entre les situations de risque provenant de l’enfant, nous pouvons signaler :

  • La frustration. Demande une aide de l’adulte pour l’acceptation et la gestion de cette frustration

     

  • L’enfant qui “piétine” le territoire de l’adulte. Demande une mise de limites socialisante
  • L’enfant qui se met en danger avec son propre comportement. Demande une mise de limites structurante
  • Certaines étapes de développement en elles mêmes (2-4 ans, adolescence...). Demande une connaissance de ces étapes et... beaucoup de patience!

Le “message je” : une mise de limites efficace et respectueuse

 

Lors des conflits et des mises de limites, le “message je” devient un outil précieux pour ne pas nuire l’estime de soi des enfants. Cela veut dire, en pratique, parler de soi, de ses propres émotions et besoins à l’enfant, au lieu de rentrer dans des accusations ou d’utiliser un vocabulaire qui qualifie son comportement, ou bien sa personne.

Un exemple: au lieu de dire “tu n’as pas de considération pour les autres!”, on peut dire: “J’ai travaillé très dur aujourd’hui, je suis très fatigué, et quand je t’entends crier comme ça, je ne peux ni me reposer ni me détendre. Est-ce que tu pourrais arrêter, ou aller jouer ailleurs?

 


Les besoins fondamentaux des enfants

 

Voir ses nécessités matérielles et physiologiques satisfaites

Sécurité émotionnelle, affection ET tendresse

Le respect de son corps, de ses limites et de sa liberté
(à la mesure de sa capacité d’être responsable)

Le regard positif inconditionnel

Un cadre sécuritaire

Un réseau de relations familiales et sociales épanouissant

L’accès des enfants au masculin comme au féminin dans le respect et sans jugement, afin de pouvoir construire son identité sexuelle librement

Un environnement serein, avec une bonne gestion des conflits, qui permette le développement/épanouissement de chacun

Une éducation qui lui permette de s’intégrer dans la société dans laquelle il vit

 


 

Les besoins fondamentaux des adultes éducateurs

 

Voir ses nécessités matérielles et physiologiques satisfaites

Sécurité émotionnelle, affection et tendresse

Respect de son corps, de ses limites et de son « espace vital »

Respect, soutien et reconnaissance de son rôle

Confiance dans son rôle

Repos

Liberté pour s’épanouir en tant qu’adulte, en dehors de son rôle parental ou éducateur

Du temps pour les loisirs et pour profiter de la vie


Bibliographie

 

Catherine DUMONTEIL: Poser des limites a son enfant et le respecter. Ed. Jouvence

Isabelle FILLIOZAT : Au cœur des émotions de l’enfant. Ed. Marabout.

Daniel GOLEMAN : L’intelligence émotionnelle. Ed. J’ai lu.

Thomas GORDON : Parents efficaces. Ed. Marabout

Thomas GORDON : Enseignants efficaces. Enseigner et être soi-même. Ed. Le jour.

Olivier MAUREL : La fessée. Ed. La plage

Suzanne B. ROBERT-OUVRAY : Mal élevé. Le drame de l’enfant sans limites. Paris, Ed. Desclée de Brouwer.

Aletha SOLTER : Pleurs et colères des enfants et des bébés. Ed. Jouvence

Marshall B. ROSENBERG : Les mots sont des fenêtres (ou des murs). Introduction à la communication non violente. Ed. Jouvence.

 

1 vote. Moyenne 4.50 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens