l'Estime de soi

 

 

L’ESTIME DE SOI (intervenante : Claire-Lise Ballet-Sancey)

Pour la contacter:http://www.clbs-rh.eu/

 

 

 

 La société, plutôt individualiste, basée sur la réussite, n’est pas très sécurisante et nous pousse à être tout le temps en adaptation et souvent à anticiper.

Il convient cependant de savoir aller au rythme de l’enfant.

 

 

 

William James a été le premier à s’intéresser au sujet et a établi un rapport :

 

 

 

Estime de soi   =   réussite / prétentions

(On entend par prétentions, les objectifs que nous nous fixons, ceux qui sont importants pour nous).

 

 

 

Puis, Margareth Mead introduit la notion de regard de l’autre. Qui, bien que différent de l’estime de soi, peut l’aider à fluctuer.

 

 

 

La pyramide de Maslow classifie les besoins ainsi:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A la base : les besoins primaires : physiologiques, puis psychologiques (sécurité), puis sociaux (estime des autres, affectivité)

Au sommet : les besoins secondaires : estime de soi et réalisation personnelle.

 

 

 

Bien que discutable (peut-on affirmer qu’une personne ayant des problèmes sociaux ou psychologiques ne se réalisera pas ?), il est intéressant de constater que l’estime de soi trouve ses fondations sur l’estime des autres.

 

 

 

Qu’est-ce que l’estime de soi ?

 

 

C’est une relation que nous avons avec nous même, un état émotionnel nécessaire au bien-être.

 

 

 

Elle est composée de :

-         la vision de soi (quel regard sur moi ?)

-         l’amour de soi (amour inconditionnel, savoir qu’on est digne d’amour)

-         la confiance en soi, qui elle, est liée à l’acte : elle se construit en faisant.

 

 

 

 

 

 

Comment aider nos enfants à développer l’estime de soi ?

 

 

 

C’est à nous de leur apprendre.

On ne nait pas avec mais elle se construit dès les premières minutes de notre existence. L’enfant se voit d’abord à travers le regard de ses parents, puis de la fratrie, de l’école…

L’enfant prend conscience de lui vers 7/8 ans. Dès lors, il peut parler de ses émotions.

A l’entrée à l’école, l’enfant commence à se comparer, cette comparaison est importante et nécessaire. Il cherche à se faire accepter.

C’est là où peuvent apparaître les difficultés, lorsque ses réussites ne correspondent pas aux buts qu’il s’était fixés, à ce qui est important pour lui.

Ces difficultés vont augmenter avec l’âge lorsque les activités se multiplient.

L’adolescence représente une étape très importante : doutes sur la normalité, le besoin d’appartenance à un groupe, l’isolement… L’adolescent s’individualise, il a besoin de se construire, l’estime de soi peut vraiment fluctuer à cette période!

Surtout que s’ajoutent beaucoup d’enjeux tels que l’orientation (vais-je être capable de ?), le risque de chute de l’estime de soi est très important.

 

 

 

Dans le cas de fratries, l’estime de soi de l’aîné est mise à rude épreuve avec l’arrivée du petit frère. Il va devoir choisir un domaine où il excelle pour se valoriser. Par contre, à l’arrivée du troisième enfant, l’estime de soi de l’aîné remonte, il devient l’exemple. Pas de problème non plus pour le second. C’est le petit dernier qui aura tendance à se dévaloriser. Il faut cependant noter que ceci n'est pas une science exacte mais simplement une tendance, chaque enfant étant différent.

 

 

 

Rôle de l’adulte

 

Nous sommes des modèles pour les enfants donc, pour les aider, nous devrions avoir une bonne estime de nous-mêmes.

 

 

Il est primordial pour les enfants de se sentir en sécurité, de savoir que les parents sont là pour eux (importance du cadre, des limites - qui ont fait l’objet d’une précédente conférence -). La démission des parents procurent un sentiment d’insécurité.

Il faut donc créer une relation dans laquelle l’enfant se sent en sécurité.

En tant que parent, nous souhaiterions tous avoir une relation privilégiée avec notre enfant : la place principale.

Cependant, l’enfant est amené à investir d’autres adultes (éducateurs, profs, famille, amis…) et c’est nécessaire pour avoir une bonne estime de soi. Il doit pouvoir faire confiance aux autres adultes et choisir lui-même quelqu’un pour créer des liens privilégiés.

 

 

Quelques pistes pour l’aider à acquérir une bonne estime de soi :

-         Garder en mémoire que l’estime de soi de l’enfant en bas âge n’est pas définitive, elle peut évoluer avec l’âge.

-         Il doit apprendre à se connaître et nous devons l’aider à parler de lui.

 

-         Commencer le plus tôt possible à le valoriser, instaurer un dialogue constructif.

 

 

 

Nous sommes trop souvent axés sur ce qui ne va pas. Il convient d’insister sur ce qu’il parvient à faire, de relever ses réussites (sans trop en faire non plus, éviter par exemple les récompenses sous forme de cadeaux).

Lorsqu’il n’y arrive pas : le relever mais aussi le poser dans le contexte, recadrer l’échec, minimiser les conséquences, ne pas généraliser, il y arrivera la prochaine fois. Peut-être aussi lui demander pourquoi c’est si important pour lui…

 

 

-         Etre à l’écoute de son enfant, le faire parler.

-         Valider ses paroles, reformuler, reconnaître ses problèmes.

-         Mettre des mots sur ce qu’il ressent (sentiment, émotions) : tristesse, colère, frustration… En évitant la mauvaise interprétation.

-         L’aider à trouver sa solution. Quelle capacité a-t-il en lui pour résoudre le problème ? Pourra-t-il l’utiliser pour trouver une solution ? Il est très important qu’il prenne conscience de ses capacités mais aussi de ses limites.

-         Sécuriser l’enfant, qu’il sache que nous sommes là pour lui. Il doit sentir ses parents confiants…

 

 

 

 

 

 

Une étude réalisée auprès des enfants a permis d’établir un classement de ce qu’ils voient dans « l’estime de soi » :

1/ La réussite scolaire

2/ L’aspect physique

3/ L’intégration sociale

4/ Les compétences sportives

5/ Le comportement dans la norme

Cependant, il apparaît que les enfants qui ont une bonne estime d’eux-mêmes sont ceux qui se sentent compétents dans le domaine qui leur plait, celui qu’ils ont choisi.

 

 

       

 

 

Quelques troubles de l’estime de soi :

1/ Basse estime de soi

>> Peu d’intérêt à l’école, enfants peu productifs, très négatifs. Même en cas de réussite, cette dernière n’est pas de leur fait (ils ont, selon eux, été aidés par un élément extérieur).

Lorsque ce mécanisme se met en place il faut parvenir à l’identifier, à le casser, mettre des mots et trouver des solutions. Insister sur ce qui est important pour eux. Dans certaines situations, il peut s’avérer nécessaire de consulter un professionnel de l’aide, un psychologue pour nous aider à aider notre enfant.

 

 

 

2/ Haute estime de soi

>> Enfants confiants en l’avenir, ils essaient, expérimentent… Il est parfois nécessaire de les aider à prendre conscience de leurs limites.

Pour conclure, rappelons que l’estime de soi est une relation avec nous-mêmes. Elle implique le fait de se connaître (ses capacités mais aussi ses limites), de s’aimer, de se sentir compétent.

Elle se cultive chaque jour. C’est par de toutes petites choses que nous pourrons aider nos enfants. Garder en mémoire l’importance de l’écoute.

Nous pouvons également leur apprendre, dans les moments difficiles, à aller puiser dans leurs ressources personnelles (moments de joie, de réussite…). Ne pas hésiter à leur remémorer ces moments positifs s’ils n’y parviennent pas seuls.

 

 

(d'après les notes de Myriam fauconnet et Alain Grivel)

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens

×