Conférence FCPE avril 2007

L’adolescence, soyons prêts !

(compte rendu de la conférence du 24/04/07 organisée par le conseil local de la FCPE de Reignier)

 LES ETAPES 

*Rappel : ne pas confondre avec la préadolescence (qui débute vers 11/12 ans). Il ne faut en aucun cas traiter ces enfants en adolescents, ils ont besoin de fantasmer avant d’avoir la possibilité d’agir. C’est une étape indispensable à leur développement. Toujours distinguer le besoin du désir.

 1/ L’adolescence commence avec le désir d’aller vers et la peur de l’inconnu.  

2/ Elle passe par le retour de la toute puissance infantile dans la prise de risque

On retombe dans une phase d’opposition qui est naturelle. Ce qui pose la problématique de la confiance. Savoir accepter la prise de risque tant que l’ado ne se met pas en danger.

Il faut distinguer la prise de risque de la conduite à risque. 3/ Les modifications s’effectuent sur plusieurs plans :

-         physiques : puberté

-         psychiques : changement de modèle qui n’est plus le parent. Il est alors très important de séparer l’intime du publique, chacun doit prendre de nouvelles marques (sa chambre est son territoire et il y règne en maître, ce qui ne doit pas être le cas du reste de la maison)

-         affectif : une réorganisation ou redéfinition des rôles, est alors nécessaire.

 4/ L’importance du groupe des pairs (semblables).

Il veut se démarquer mais aussi appartenir à un groupe qui n’est plus sa famille.

Là, on trouve la notion de bonne et mauvaise influence, ce qui nécessite de savoir guider son ado plutôt que de choisir à sa place.

 5/ Le rapport à l’autorité

Il convient de donner des limites tout en respectant l’autre (ne pas tomber dans l’abus de pouvoir ou autoritarisme).

Il est normal de faire le lien avec sa propre éducation mais attention à ne pas reproduire ou  ne pas tomber dans l’excès inverse. Il faut travailler avec ce que l’on a reçu mais garder en mémoire le pour et le contre.

  AXES DE LA PARENTALITE 1/ Redéfinition des rôles conjugaux et parentaux :

Les parents doivent aller dans le même sens et, s’il y a désaccord, éviter de le régler devant l’ado qui saisira vite la faille. Les mères doivent lâcher un peu pour que les pères prennent le relais.

 

2/ Capacité à supporter :

-         la perte du parent idéal, le doute est nécessaire à l’évolution de chacun.

-         la perte de l’enfant idéal, il est important que l’ado sache que le parent l’aime même s’il ne correspond pas à ce que ce dernier attend de lui.

-         la perte de sa propre jeunesse, il faut assumer l’intergénérationnel et ne pas être tenté de faire dans le copinage.

  

QUESTIONS DIVERSES :

 

Ø      En cas de famille monoparentale :

Faire la même chose mais avec les tiers présents dans l’entourage (grands-parents, oncles, tantes, nouveaux conjoints…). Il faut éviter le conflit « duel » d’où la nécessité d’un tiers, d’un médiateur. Aller chercher le tiers en dehors du cercle familial si nécessaire.

 

Ø      Vivre avec son temps : la société évolue et les possibilités ne sont plus les mêmes. Il faut bien sûr en tenir compte mais attention à ne pas faire grandir l’enfant trop vite. Rien n’est définitif, se reposer les mêmes questions régulièrement.

 

Ø      Les ados doivent se construire et pour cela puiser à la fois dans le cadre familial (filiation) et dans le cadre social (savoir). L’ado se construit dans ses rêves, ses fantasmes, ses projections dans la vie future, lui permettre trop tôt, c’est aussi le priver de cette frustration nécessaire.

 

Ø      Attention, surtout pour les filles à ne pas leur faire porter une image sexualisée avant l’âge (choix des vêtements). Toujours partir de leurs questionnements et ne pas anticiper les explications.

 

Ø      Eviter de se rassurer avec la phrase « je faisais pareil à son âge ». L’ado doit absolument se sentir « lui » !

 

Ø      Sensibilisation aux conduites à risque : Ne pas oublier qu’ils sont dans une phase d’opposition, se contenter de lancer des perches pour savoir où ils en sont (voire même se renseigner auprès d’autres personnes de leur entourage). Ils savent beaucoup de choses, les collèges, aujourd’hui, les renseignent sur de nombreux sujets. Ne pas hésiter non plus à laisser de la documentation à portée de main… Les ados abordent souvent les sujets par l’intermédiaire d’un tiers ou en parlant d’informations qu’ils ont puisées ailleurs, saisir alors l’opportunité pour parler de vos inquiétudes.

 

Ø      L’ado doit comprendre que la confiance se gagne progressivement. Il y a parfois une prise de risque de la part des parents. Faire confiance à son enfant, c’est aussi avoir confiance en soi. Pour développer la confiance en soi, il est important de ne pas voir que le négatif, les encouragements sont importants aussi.

  

En résumé, gardons en mémoire que chaque enfant est différent et l’âge de l’entrée dans l’adolescence varie c’est pourquoi il est nécessaire de suivre le rythme de l’enfant et de ne rien anticiper. Il n’y a pas de remède miracle pour que cette période se passe sans heurts et il ne faut surtout pas culpabiliser après avoir pris une décision. Toutes ces limites sont nécessaires dès le plus jeune âge.

 « La liberté des uns s’arrête où commence celle des autres. »

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens